Close

Comment faire une mise à jour WordPress sans tout casser

Découvrez les étapes à suivre pour effectuer la mise à jour de votre CMS en toute sécurité.

Un site WordPress à jour est un gage de sécurité. © Launchpresso – Unsplash

Les nouvelles versions de WordPress vous permettent de profiter des dernières fonctionnalités proposées par le CMS, de corriger d’éventuels bugs techniques et failles de sécurité. Un code optimisé va améliorer la vitesse de chargement des pages et ainsi améliorer le référencement naturel de votre site WordPress. Vous pourrez aussi utiliser des thèmes et des plugins adaptés à la version la plus récente de WordPress.

WordPress : 10 erreurs à ne pas commettre

2 types de mises à jour WordPress

Mettre à jour son site WordPress consiste à télécharger et installer la version la plus récente de WordPress sur son site. Il existe deux types de mises à jour :

  • les versions majeures (ou major releases) : WordPress va ajouter de nouvelles fonctionnalités qui vont permettre d’améliorer l’expérience utilisateur,
  • les versions mineures (ou minor releases) : WordPress va corriger une série de bugs ou de failles de sécurité.

WordPress met à jour son core entre deux et trois fois en moyenne chaque année. Les nouvelles versions majeures portent des noms de chanteurs ou de musiciens de jazz. La dernière mise à jour majeure du CMS était la version 5.0 (Bebo Valdés), qui a introduit le nouvel éditeur de contenus Gutenberg. Une dizaine de mises à jour mineures sont déployées dans le courant de l’année. La version actuelle de WordPress est la 5.4.2. La prochaine sortie attendue est celle de la 5.5, qui est prévue le 11 août 2020.

WordPress 5.5 : les nouveautés de la mise à jour d’août 2020

La liste des mises à jour WordPress

Pour savoir si vous avez des mises à jour WordPress à installer, rendez-vous dans la section Mises à jour du tableau de bord (sous la page Accueil).

Sur cette page, vous retrouverez une liste des éléments de votre site que vous pouvez mettre à jour :

  • La dernière version de WordPress,
  • Les extensions (ou plugins),
  • Les thèmes,
  • Les traductions (mises à jour par la communauté WordPress).

Le nom de la section est suivi d’un chiffre, qui vous indique lorsqu’une nouvelle mise à jour est disponible. Dans le cas des nouvelles versions de WordPress, il convient généralement de l’installer sans tarder, surtout lorsqu’il s’agit de corriger des failles critiques, afin de garder son site à jour.

Mais vous pouvez néanmoins patienter quelques jours. Certaines versions peuvent comporter des bugs lors de leur sortie. N’hésitez pas à consulter la liste des erreurs et des corrections disponibles pour chaque nouvelle major ou minor release en vous rendant sur le blog officiel de WordPress. Vous aurez ainsi toutes les informations nécessaires pour décider si vous pouvez lancer la mise à jour en toute sécurité, ou si vous devriez patienter encore un peu avant de la lancer.

Depuis la version 3.7 de WordPress, les mises à jour mineures sont lancées automatiquement par défaut, sauf si vous désactivez la fonction dans le fichier wp-config.php ou en faisant la demande auprès de votre hébergeur.

Avant de faire une mise à jour WordPress

Changer de version de WordPress n’est pas sans risque. Nous vous conseillons de suivre les étapes préalables indiquées ci-dessous avant d’effectuer la mise à jour du CMS en toute sécurité.

Vérifier les prérequis de WordPress

Tout d’abord, il est recommandé de vérifier que votre hébergeur dispose des prérequis systèmes demandés par le CMS, à savoir les bonnes versions de PHP et de MySQL.

Pour que votre site fonctionne correctement sous WordPress, voici les conditions requises :

  • PHP : version 7.4 ou supérieure,
  • MySQL : version 5.6 ou supérieure, ou MariaDB version 10.1 ou supérieure,
  • La prise en charge du HTTPS.

Désactiver les plugins avant la mise à jour

Il est également conseillé de vérifier que la version que vous vous apprêtez à installer est bien compatible avec votre thème et les plugins actifs sur votre site. Lors de la mise à jour, il faudra bien penser à désactiver vos plugins pour éviter tout risque d’incompatibilité avec la mise à jour générale.

À noter qu’il sera possible de mettre à jour automatiquement ses plugins et thèmes avec la prochaine version 5.5 de WordPress.

WordPress : vers une mise à jour automatique des plugins et des thèmes

Effectuer la sauvegarde de son site

Une fois que ces vérifications sont faites, il s’agit ensuite d’effectuer la sauvegarde complète de votre site, autant les fichiers WordPress que votre base de données et vos médias. Cela vous permet de conserver un backup en cas de problème et d’éviter de perdre votre contenu si votre site plante pendant la mise à jour.

Mettre à jour son site WordPress via l’interface d’administration

Dans l’idéal, il est conseillé de privilégier un site de développement en ligne ou une version de votre site en local pour vérifier que ce dernier va bien supporter la mise à jour que vous souhaitez installer en production.

Pour mettre à jour WordPress à partir de l’interface du CMS, il suffit de se rendre sur votre tableau de bord, dans la section Mises à jour. Cliquez sur le bouton Mettre à jour maintenant en haut de la page.

Trouver le bon moment pour lancer la mise à jour

Gardez bien en tête que votre site sera momentanément indisponible le temps que WordPress mette à jour les fichiers de la version que vous installez. Il est conseillé d’éviter les moments où vous générez le plus de trafic sur votre site. Préférez une période où votre audience est la plus faible, en plein milieu de la nuit par exemple.

Lorsque la mise à jour WordPress est terminée, un message apparaît sur la page dédiée. Vérifiez que tout fonctionne correctement avant de reprendre la production de contenus sur votre site.

Mettre à jour son site WordPress manuellement

Il est possible d’installer manuellement la dernière version de WordPress sur son site. C’est le cas notamment si la mise à jour lancée à partir de l’interface d’administration n’a pas pu être réalisée jusqu’à son terme. Il s’agit là de transférer les fichiers de la mise à jour vers le serveur de votre site à partir d’un client FTP.  Il est déconseillé de restaurer une ancienne version de WordPress.

Rappel : n’oubliez pas de vérifier les prérequis et sauvegarder vos fichiers WordPress ainsi que votre base de données avant de suivre les étapes ci-dessous.

Télécharger les fichiers WordPress

Rendez-vous sur le site officiel de WordPress et téléchargez le dossier .zip de la nouvelle version. Dans le dossier compressé sont rassemblés les répertoires essentiels pour le bon fonctionnement du CMS : wp-admin, wp-content et wp-includes. Une série de fichiers PHP complètent le dossier.

Transférer les fichiers WordPress sur le serveur

Ensuite, connectez-vous à votre client FTP, en utilisant le logiciel Filezilla, par exemple, avec les identifiants fournis par votre hébergeur : hôte de connexion, nom d’utilisateur (ou login) et le mot de passe. Supprimez vos anciens fichiers WordPress pour transférer les nouveaux que vous avez téléchargés dans le répertoire racine de votre site, où est configuré votre nom de domaine principal.

Les fichiers WordPress que vous devez supprimer

Voici la liste des fichiers et des dossiers situés sur votre serveur et que vous pouvez supprimer :

  • tous les fichiers commençant par wp- (à l’exception de ceux indiqués ci-dessous),
  • les fichiers readme.html, wp.php, xmlrpc.php, et license.txt, qui se trouvent dans le dossier racine de WordPress,
  • le dossier wp-admin,
  • le dossier wp-includes,
  • le dossier wp-content/cache.

Les fichiers WordPress que vous devez conserver

Au cours de cette opération, vous devrez en revanche conserver les dossiers et les fichiers WordPress suivants :

  • le dossier wp-content : car il contient les thèmes, les plugins et les images de votre site. Vous devez donc conserver les éléments déjà présents sur votre site pour ne pas perdre votre contenu. Vous pouvez en revanche supprimer le fichier wp-content/cache qui se trouve à l’intérieur.
  • le fichier wp-config.php,
  • le dossier wp-content/uploads : car il contient tout le contenu de la bibliothèque médias,
  • le dossier wp-content/languages : si vous utilisez un fichier de traduction pour votre site,
  • le fichier .htaccess : si vous y avez ajouté des réglages personnalisés,
  • le fichier robots.txt : si vous avez créé ce fichier pour votre site.

À noter que votre client FTP pourrait ne pas permettre la suppression de dossiers non-vides. Vous devrez alors l’autoriser à le faire en modifiant les options disponibles. Pensez également à bien remettre les droits fichiers suggérés par WordPress.

Le fichier .maintenance à supprimer

Lors de cette opération, il est également conseillé d’ouvrir le fichier wp-config-sample.php pour voir si de nouveaux réglages ont été ajoutés dans la version que vous êtes en train d’installer. Si c’est le cas, copiez ces réglages dans le fichier wp-config.php. Le codex WordPress précise aussi qu’après l’échec d’une mise à jour automatique, vous devrez supprimer également le fichier .maintenance de votre répertoire. Cela va supprimer le message Échec de la mise à jour que vous pourriez rencontrer.

Mettre à jour la base de données (facultatif)

Une fois que le transfert est terminé, connectez-vous à la partie admin de votre site WordPress. Il est possible que le CMS vous demande de mettre à jour votre base de données. Cliquez sur le lien proposé (de type : wp-admin/upgrade.php) et suivez les instructions. Votre base de données sera à jour et pourra fonctionner correctement avec la dernière version de WordPress.

Mettre à jour son thème et ses plugins

Vous pouvez profiter de l’installation de la nouvelle version de WordPress pour mettre à jour votre thème et vos plugins. Pour cela, rendez-vous sur la page Mises à jour de votre tableau de bord. Sélectionnez les plugins et/ou thèmes en cochant Tout sélectionner et cliquez sur le bouton Mettre à jour les extensions. Vous pouvez aussi vous rendre sur les pages dédiées : Extensions > Extensions installées pour les plugins, et Apparence > Thèmes pour mettre à jour le thème de votre site.

Via l’interface WordPress ou via le client FTP

Comme pour la mise à jour des fichiers WordPress, vous pouvez soit les lancer depuis l’interface d’administration, soit en passant par le client FTP. Dans ce cas, téléchargez la nouvelle version du thème ou de l’extension, désactivez le plugin concerné sur l’administration de votre site et transférez-le sur le serveur via Filezilla. Sauvegardez bien votre site avant de lancer cette mise à jour et vérifiez que votre thème ou votre extension fonctionne correctement en production une fois que l’opération est terminée.

Les mises à jour du cœur WordPress peuvent introduire ou créer des régressions sur les plugins si ces derniers n’ont pas été testés lors de la version bêta. Le CMS prévient tous les auteurs de plugin avant la sortie officielle de la nouvelle version pour leur laisser le temps de tester leur extension, ou leur thème, avant que celle-ci soit déployée pour tous les sites.

Toutes les offres de formation en développement web WordPress