Close

Consommation : le digital s’est définitivement implanté dans le quotidien des français

E-commerce, télétravail, gaming, svod ou réseaux sociaux… les confinements successifs ont fortement accéléré la digitalisation de nos comportements d’achats.

Dans le contexte sanitaire actuel, nombreux sont les Français à avoir effectué, à l’occasion des fêtes de fin d’année, leurs achats festifs sur les sites d’e-commerce.

En effet depuis le premier confinement en mars 2020, l’intégration du digital dans leur vie s’est accélérée comme jamais auparavant.

Une hyper digitalisation qui est loin d’être terminée, les Français se projetant dans un usage tous azimuts du numérique : e-commerce, réseaux sociaux, vidéos à la demande, gaming, télétravail, télémédecine… les foyers sont ainsi devenus de vrais hub de services en faveur du « Stay at Home ».

Tel est l’un des principaux enseignements de l’étude « Comment la crise a impacté la digitalisation des consommateurs français et leur vision de l’avenir » réalisée par l’Echangeur BNP Paribas Personal Finance.

Cette enquête a été menée auprès de 5000 Français en janvier 2020, puis de 1000 en septembre afin d’analyser les impacts du confinement sur leurs comportements et opinions.

« L’essor des usages digitaux a bénéficié à un grand nombre de primo accédants sur les premiers mois de confinement, notamment des seniors qui potentiellement n’auraient jamais eu recours à la télémédecine ou au drive s’ils n’y avaient été contraints.

Pour autant, l’agilité digitale appartient toujours aux mêmes catégories d’early adopters : les plus jeunes et les plus aisés.

Cela invite à rester non seulement attentif aux 13 millions de personnes touchées par l’illectronisme en France mais aussi à ceux qui n’auront ni les capacités ni même l’envie de s’embarquer dans l’hyper-digitalisation de leur quotidien »

analyse Caroline Veyret Prudhon, Responsable des Etudes Consommateurs chez l’Echangeur BNP Paribas Personal Finance.

Les plus de 60 ans, nouveaux adeptes du drive et de la livraison alimentaire à domicile

La crise sanitaire a fait évoluer de manière durable les pratiques des Français en matière d’achats alimentaires.

Alors qu’ils sont 41% à s’être approvisionnés auprès de producteurs locaux au cours des 12 derniers mois (+ 5 points par rapport à janvier 2020), ils sont 21% à vouloir acheter davantage sur les marchés ou en direct et 15% à souhaiter se rendre plus souvent dans des magasins spécialisés en bio.

A contrario, respectivement 26% et 24% des consommateurs envisagent de réduire leur fréquentation dans les hypermarchés et les supermarchés.

En outre, 43 % des Français ont eu recours au drive (34%) ou à de la livraison alimentaire à domicile (16 %) au cours des 12 derniers mois, soit une progression de 16 points par rapport au sondage de janvier 2020.

Ces services ont vocation à s’ancrer durablement dans les pratiques des Français puisqu’ils sont 45% à avoir l’intention de les utiliser plus fréquemment.

Parmi les nouveaux adeptes du drive et de la livraison alimentaire à domicile, ce sont les seniors qui ont connu une progression d’utilisation la plus importante.

La part des plus de 60 ans ayant adopté ces services a en effet plus que doublé entre janvier et septembre 2020 : 37% y ont eu recours au cours des 12 derniers mois (vs 15% lors de la vague de janvier).